jeudi 8 septembre 2011

La "théorie du genre", qu'est-ce que c'est ?

Depuis quelques jours, nous entendons parler de la "théorie du genre" dans les médias. Quelques députés et certaines associations catholiques se sont insurgés contre l'intégration d'un petit paragraphe issu des études sur le genre dans les manuels de SVT des classes de premières, au chapitre "Devenir homme ou femme".

Or, ce champs d'étude n'est pas très connu du grand public et peut facilement prêter à confusion si on ne sait pas exactement de quoi il s'agit. Les 80 députés et certaines associations catholiques ont jugé inappropriée l'étude du concept de genre au lycée, en mettant uniquement l'accent sur le libre choix de leur sexualité par les hommes et les femmes. Ils ont réduit ce champs d'étude à un militantisme revendicatif. Les médias n'ont guère fait mieux et n'ont pas creusé davantage leurs recherches sur ce que sont les études de genre. En réalité, le choix d'une sexualité n'est qu'un aspect parmi d'autres des études de genre. Cet aspect relève du concept "Queer", une sous-partie des études de genre.

Les études de genre de genre recouvrent différents aspects de la vie des hommes et des femmes et permettent de comprendre et d'expliquer la société actuelle. Ces études sont assez nouvelles en France mais datent des années 70 aux Etats-Unis. D'après les études de genre, il existe évidemment des sexes biologiques (on naît fille ou garçon), mais les rôles sexués des enfants seraient ensuite assignés par les parents, l'entourage, les institutions, et plus largement par la société. Les attitudes et les comportements des filles et des garçons seraient en partie le fruit d'une construction sociale et culturelle, et pas simplement la conséquence du sexe biologique et de concentrations différentes en hormones.

Par exemple, lorsqu'une petite fille vient au monde, la plupart des parents décorent sa chambre en rose ou dans des tons pastels, ils lui achètent de la layette rose et des petites poupées; alors qu'un bébé garçon aura une chambre bleue ou jaune, de la layette bleue et des doudous de garçon. La différentiation genrée entre filles et garçons débute dès la naissance et même pendant la grossesse. En effet, les futurs parents, qu'ils connaissent ou non le sexe du bébé, projettent déjà des idées précises sur leur future progéniture, en fonction de son sexe.

Ce n'est là que le début des nombreuses différences construites entre les sexes. La petite fille recevra des jouets de filles (une dinette, des poupées, une cuisine en plastique...) et le petit garçon recevra des jouets de garçon (un circuit, des petits voitures, des jeux de logique, un ballon...). La publicité met particulièrement en scène des rôles genrés au travers des publicités pour les jouets. Je pense notamment à une publicité pour un bloc opératoire pour enfants, dans laquelle le garçon joue au chirurgien et la fille à l'assistante... Plus tard, à l'école, on encouragera les garçons à travailler les sciences et les mathématiques, pendant que l'on enverra les filles en section littéraire.

A la lumière des études de genre, la distinction est donc faite entre le genre biologique et les rôles genrés socialement construits et souvent imposés aux individus. Les rôles genrés ont donné lieu à de nombreux stéréotypes de genre. Les stéréotypes de genre correspondent aux "rôles traditionnels" des hommes et des femmes ainsi qu'aux idées et intentions que l'on prête très souvent aux hommes et aux femmes. Cependant, même si les stéréotypes de genre persistent dans les institutions, dans le monde politique, dans la religion, dans les entreprises, dans la culture; la société évolue et la place des uns et des autres est plus floue qu'il y a quelques années. Les familles monoparentales se multiplient, les couples homosexuels ont le droit de se pacser, certaines femmes souhaitent concilier famille et carrière, certains hommes aiment vraiment s'occuper de leurs enfants. C'est tout cela qu'analysent et expliquent les études de genre.

Il est fort dommage que les manuels scolaires n'aient intégré qu'un petit paragraphe sur le genre, un petit paragraphe hors de son contexte et évoquant la sexualité: c'est réducteur et cela suscite une polémique inutile. Il aurait été plus efficace d'expliquer en détails ce que sont le genre socialement construit et l'identité de genre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire